Projets transversaux en cours

Collaboration à des projets biomédicaux transversaux

Le CMES a développé des techniques adaptées pour des projets de recherche scientifiques transversaux. Ces projets impliquent le CMES, le patient à l’hôpital, les acteurs du monde hospitalier et les médecins-chercheurs. Ces projets ont été soumis à des appels d'offre hospitaliers locaux après avis de la cellule méthodologique et clinique du CHU de Saint-Etienne. Trois études sont actuellement en cours.

L’étude clinico-biologique PEP-C

Elle porte sur le développement d’un test biologique de diagnostic du cancer du rein à cellules claires à partir d’échantillons urinaires. Ce test est basé sur la détection et la caractérisation de petites vésicules de 100nm, les exosomes, dans les échantillons urinaires de 60 patients et 40 témoins. Cette étude a débuté en 2020. https://clinicaltrials.gov/ct2/show/NCT04053855?term=pepc&draw=2&rank=3

L’étude clinico-biologique ELECTROSTROKE 

Il s'agit d'un partenariat impliquant les praticiens hospitaliers de l’unité neuro-vasculaire (UNV). Ce projet s'appuie sur la microscopie électronique en transmission pour l'analyse ultrastructurale des plaquettes. Le but de cette étude est d'évaluer l’efficacité d’un médicament qui empêche les plaquettes de s’agréger et de former un caillot dans les artères du cerveau. l’analyse ultrastructurale se fera sur des échantillons plaquettaires prélevés avant et après la mise en route d'un traitement antiaggrégant, sur 50 patients.

Le projet Santé-Environnement

ce projet est une collaboration à visée écologique et médicale entre l'IMP, le laboratoire Magmas et Volcans et le CMES.  Il est centré sur sur l'étude des polymères à empreinte moléculaires ou molecular inprinted polymeres  (MIP) pour la capture de molécules cibles. Un appel d'offre UJM porté par le Dr Jegas a été obtenu pour la caractérisation des MIP et le piégeage de molécules. Ces molécules sont des résidus de médicaments les plus fréquemment dosés, les plus concentrés dans les eaux de surface et les moins éliminés par les stations d’épuration. Le piégeage de ces résidus sera également testé dans les eaux usées traitées et rejetées dans le milieu naturel. Un second volet concernera l'utilisation des MIP pour le piégeage de biomarqueurs dans un fluide biologique en clinique. Un travail préliminaire a été débuté en 2020 par un étudiant de master1. Ce travail se poursuit avec un master 2.